Ads

The ads are fiendly on HomeCooking Share. They only concern artists who have been on the site. Thank you for them to disable your Adblock.


Gelatine Turner


To discover the article in English

- Dans la série "Focus on...", on s'intéresse ce mois-ci au duo Gelatine Turner, fournisseur régulier de beaux OVNIS entre ambient, spoken word autotuné et pop. Leur poésie sonore adepte du hors-piste méritait bien que l'on s'attarde sur les origines et influences du projet. Et qu'on parte en cuisine avec eux! -

Pour commencer, qui êtes-vous ?

Alors, nous sommes les Gelatine Turner, et nous sommes deux frères, Pierre à la musique et au mix et Romain à l’écriture et au chant. On a formé ce groupe depuis maintenant presque 5 ans. A présent on se situe entre la Bourgogne et Paris. C’est un projet très familial, qu’on porte également avec notre sœur, l’artiste plasticienne Charlotte Audoynaud, qui réalise le graphisme et les visuels. En juin dernier on a sorti un EP 6 titres Derrière les nuages pour lequel quatre clips ont été réalisés.

Comment définiriez-vous votre musique ?

C’est une musique hybride qui puise dans nos différentes influences en rap, rock et musiques électroniques, c’est un mélange de pop et d’expérimentation. On s’inscrit dans la tradition d’une chanson sensible et poétique à la française en intégrant des éléments de composition moderne. On place beaucoup d’importance dans le travail du mix, pour obtenir un son cru et subtil au service de la voix.

Qu'est-ce qui vous a décidé un jour à vous lancer dans cette aventure musicale ?

Cette aventure a commencé à Limoges, où nous avions formé un collectif de rappeur avec plusieurs amis, Harakiri. Pierre composait déjà l’ensemble des instrus. Par la suite, il nous est apparu évident de continuer le chemin à deux. On partageait beaucoup de choses d’un point de vue musical et on avait également les mêmes envies quant à la construction du projet. Tout ça s’est fait naturellement quand on s’est retrouvé sur Paris en 2016.

Vos influences ?

Notre premier coup de cœur musical commun c’est fait à la période du lycée autour du label Anticon. et de Clouddead, ça a été notre porte d’entrée vers un rap alternatif et ensuite vers le hip-hop plus globalement. Au départ, le projet Gelatine a été beaucoup influencé par le son de Drake et plus précisément de son producteur Noah Shebib pour son « underwater sound » qui offre une grande place à la voix. Notre volonté par la suite a été d’intégrer les éléments de différents genres musicaux qui nous ont traversés et marqués, la trap, la musique ambient, l'IDM, le noise rock des année 90’s, le trip-hop, ou encore, plus récemment le r’n’b et la neo soul.

Si vous deviez partir sur une île déserte avec 3 disques : lesquels?

Romain : Alors, je dirais Si dieu veut, de la Fonky Family, histoire d’avoir des paroles qui prennent aux tripes, le White Album des Beatles, un classique qui permet de traverser de nombreuses émotions et peut-être Kind of blue, de Mile Davis, le jazz ça me détend et c’est important sur une île déserte.

Pierre : Je commencerai par On Fire de Galaxie 500, cette musique me touche au plus profond de moi même, puis Views de Drake, le son de ce disque est incroyable et enfin The Plateaux of Mirror de Brian Eno et Harold Budd, parce que j'écoute principalement de la musique ambient au quotidien.

Le morceau parfait pour cuisiner ?

Romain : Je dirais un morceau de variété française un peu kitsch, j’aime bien chanter en cuisinant, par exemple La tendresse de Daniel Guichard.

Pierre : Equators to Bi-Polar de June of 44.

Crédit photo : Charlotte Audoynaud

Petit point technique : avec quel matériel travaillez-vous ?

On compose, enregistre et mixe notre musique sur Bitwig dans notre studio avant à Montreuil, maintenant en Bourgogne. On travaille principalement in the box, avec en plus un synthé analo de MFB, un petit semi modulaire et quelques pédales d'effets. On utilise aussi pas mal de samples et de plus en plus on collabore avec des musiciens. On fait nos live sur Ableton Live avec quelques contrôleurs et effets.

Pas facile de percer dans la jungle musicale, même avec du talent... qu'en pensez-vous?

Porter un projet musical c’est un long cheminement, l’essentiel je crois c’est de persévérer, continuer à apprendre, à rencontrer, et à y croire ! En effet, ce n’est pas simple, mais ça fait partie de l’enjeu, ça nécessite de prendre en compte beaucoup d’aspects plus ou moins liés à l’artistique pour lesquels on a pas forcément les compétences de bases. De notre côté, on a réussi à être autonome d’un point de vue enregistrement ce qui nous permet de réaliser nos projets, et c’est déjà un vrai bonheur.

Et enfin, si vous avez quelque chose à ajouter, c'est parti !

On travaille actuellement sur un nouveau projet qui annonce un format plus long avec une orientation musicale indie rock / trap plus définie, et on hâte de vous présenter ça. D'ici là prenez toutes et tous soin de vous, et merci !

Crédit photo : Charlotte Audoynaud




Pour continuer en musique la découverte, voici leur dernier morceau uploadé : "Toute la pluie tombe au même endroit"