Ads

The ads are fiendly on HomeCooking Share. They only concern artists who have been on the site. Thank you for them to disable your Adblock.


Mathieu Saïkaly

Portrait d'un explorateur


To discover the article in English

Il est insaisissable Mathieu Saïkaly. Alors qu'un parcours tout tracé de "nouvelle star" lui tendait les bras, il a préféré un retour à l'indépendance. Alors que sa pop-folk intimiste avait séduit un grand nombre, on le retrouve sur des chemins musicaux toujours plus alambiqués. Une constante quand même dans son parcours : l'extrême sincérité, dans la démarche comme dans le rendu artistique. Et une évolution capillaire en guise de point de repère temporel...

"17 ans, coupe de cheveux douteuse mais bonne volonté certaine"

C'est il y a une dizaine d'années que les premières traces publiques de Mathieu Saïkaly apparaissent. Le jeune apprenti musicien s'arme d'un micro, scotché sur un pied d'appareil photo, d'un caméscope à cassettes et créé une chaîne Youtube, où il présente quelques covers, puis ses propres compositions. Par passion bien-sûr, mais déjà avec une idée derrière la tête.

"Je savais déjà que je voulais que ce soit mon métier. Ça ou comédien. J'ai commencé la guitare à 9 ans, et je chantais déjà."

Au fur et à mesure que son style s'affine et s'affirme, Mathieu Saïkaly découvre ce qui résonne en lui, et tente ainsi de se faire connaître d'un premier public.

"Je ne savais pas trop comment démarrer dans la musique. Youtube ça pouvait être comme une sorte de porte-folio de moi sur internet. Je pensais que ça pouvait aider à démarcher les labels."

Comme souvent, les débuts se font depuis sa chambre, mais l'explorateur sonore qui sommeille en lui ne pouvait rester enfermé trop longtemps. Quitte à sortir voir le jour, autant ne pas y aller à moitié, et à ce petit jeu, Mathieu Saïkaly a frappé fort.

"A 20 ans, il sort de sa chambre. Le monde existe !"

Sur le conseil des ses proches, Mathieu Saïkaly s'inscrit à la Nouvelle Star, sans pression. De l'ombre à la pleine lumière, sans transition.

"C'était une manière d'explorer plein de choses, sans vraiment fixer de limites à ce qui m'amusait. Cette expérience m'a fait grandement prendre confiance en moi. Car dans sa chambre, sur Youtube, on ne voit que des chiffres, là ça te conforte dans l'impression d'aller dans la bonne direction."

Son style tranche avec les standards du genre, pourtant il finit par "gagner" l'émission, et voit une multitude de portes s'ouvrir en grand. Celle d'une carrière toute tracée faite de succès par exemple. Il signe chez Polydor, et sort un premier album - "A Million Particles" - en 2015. Le succès commercial est là, avec par exemple plus de 4 millions d’écoutes sur Spotify du morceau "From Glass To Ice". Mais le succès est également critique, cet album pop-folk aventureux et lumineux surprend et charme. La subtilité des accords et mélodie est déjà omniprésente, la personnalité musicale est déjà très marquée. L'explorateur avait bien pris le soin de laisser quelques indices sur son réel univers, la surprise ne devait donc pas être totale.

Cover "Plus Jamais Te Revoir"

"Sur le premier album, c'est sûr que certains n'ont pas dû adhérer au style, mais je veillais déjà pendant l'émission à dire ce qui était important pour moi, aussi bien ce côté intime, ma guitare... Je pensais déjà à l'après, que les gens sachent où je voulais en venir. Après l'émission j'ai rapidement commencé à faire des chroniques sur France Inter, ça permettait déjà d'ouvrir le champs sur ces étiquettes. J'y ai aussi rencontré Nicolas Rey, avec qui j'ai fait deux spectacles par la suite."

Sa présence chez Polydor peut étonner musicalement également. Déjà indépendant dans l'âme, Mathieu Saïkaly sait exactement ce qu'il veut artistiquement, et le fait à fond. Comme deux univers très différents qui se rencontrent et apprennent à se connaître sur le tas.

"Avec Polydor, ça a mis un peu de temps à ce qu'ils me comprennent, je voulais resserrer l'angle sur ce qui me plaisait. Au milieu de notre collaboration, j'ai changé de DA, et ça s'est passé de manière plus fluide. Globalement ça s'est bien passé, mais on peut dire qu'on se reniflait un peu les uns les autres, on ne se connaissait pas ! Je pense que le plus difficile pour eux était de saisir la dynamique de l'album."

"A 24 ans, coupe de cheveux pas moins ambitieuse"

2016 marque un nouveau tournant pour Mathieu Saïkaly. L'aventure avec Polydor prend fin, sans pour autant marquer un coup d'arrêt pour l'artiste. Juste une étape dans son parcours sinueux, comme une évidence mis en parallèle avec sa créativité loin du symbole de la ligne droite.

"En 2016, il y a eu des mouvements au sein du label. Le D.A a été licencié, d'autres sont partis, un nouveau boss est arrivé, a tout changé, mis le bazar puis est parti... Celui qui a pris sa succession était bien, et avec lui, on a préparé la séparation, qui s'est faite sans colère, assez calmement. Là je me suis retrouvé le cul sur le trottoir ! Mais j'avais déjà un manager que j'avais rencontré hors Polydor. Avec lui on a conclu que le plus rapide serait de monter mon propre label. Là je me suis retrouvé en plein air, mais finalement beaucoup plus moteur de mes projets, plus uniquement sur l'aspect artistique. Il y avait toutes les démarches externes, les clips, etc. à gérer, ça me donnait un rapport différent à mes projets, plus proche."

Ce nouveau départ donne naissance en 2019 à un second album, où son style continue de s'affirmer. La dominante est pop, folk, et l'émotion se fait à fleur de peau. "Quatre Murs Blancs" saisit de maturité et d'intimité. Donner et partager des émotions, c'est exactement là où Mathieu Saïkaly excelle, l'accueil de son public suit le mouvement.

"Il est plein de défauts avec le recul, mais aussi rempli d'émotions, et ça c'est quelque chose de précieux pour moi. Il reflète bien les émotions fortes que j'ai vécu, et que j'ai réussi à capter. Je suis heureux de voir que les gens qui me suivent ont pu ressentir ce émotions."

La liberté que s'accorde Mathieu Saïkaly transpire de cet album, jusque dans sa structure et dans la limpidité de son écoute d'une traite.

"J'avais une cinquantaine de morceaux pour cet album. Et naturellement, des morceaux se sont dégagés. J'avais remarqué que les morceaux en anglais et en français avaient leurs propres émotions, comme des chapitres successifs. D'où cette sensation, cette idée qu'il se compose de deux faces. D'ailleurs j'ai cette idée en tête, pourquoi pas de le ressortir en vinyle, il s'y prêterait bien."

"A 27 ans, c’est le grand saut capillaire"

Un an plus tard, une nouvelle évolution capillaire marque un nouveau changement, moins radical certes, mais tout aussi passionnant musicalement parlant. Toujours en quête de nouvelles sensations et perceptions sonores, Mathieu Saïkaly propose deux morceaux, bruts et intimes, "My Pride" et "If It's All a Choice" en 2020. Tels deux beaux instantanés musicaux, ces morceaux annoncent des prises de risques de plus en plus assumées. L'exploration peut continuer...

"Je continue dans l'exploration. J'ai changé de manière de produire. Mes deux albums ont été enregistrés en studio, j'ai beaucoup observé les ingé son, beaucoup appris. Aujourd'hui, je me sens capable de traduire ma musique, de faire sonner les choses comme je le veux. Et ça débloque d'autres manières de créer. Seul, on n'a pas de limites de temps, contrairement au studio."

En termes de limites, Mathieu Saïkaly a encore brisé des barrières sur son dernier morceau en date. "Plus Jamais te Revoir", sorti en février est un coup de poing sonore, une œuvre tranchante et vibrante, qui s'ouvre à un univers plus électronique, un peu post-rock.

"C'est une création depuis mon "home-studio", j'ai voulu simplifier ma manière de créer, ne garder que l'essentiel, être au plus proche des émotions que je voulais traduire. Des émotions qui peuvent parler à la personne qui le reçoit."

Sa voix y est traitée quasiment comme un instrument supplémentaire, les textes réduits dans une approche très minimaliste, s'intègre dans un "tout" musical propice à provoquer les frissons.

"Ma voix est déjà rarement hyper frontale, ce sont des choses que j'avais déjà exploré, notamment sur ma chaîne Youtube, où parfois je fais des instrumentaux. Il y a un gros travail sur les voix, avec des chœurs, mais pas forcément avec des paroles, des textes."

Cette nouvelle porte ouverte annonce évidemment une suite fascinante. Comme toujours avec Mathieu Saïkaly, il faut s'attendre à le trouver là où on ne l'attend pas forcément, là où son inspiration sans limite le mènera.

"J'ai amorcé un nouveau virage, je vais continuer d'explorer, sans me fixer dans un genre. C'est vrai que je m'électronise un peu, mais je cherche surtout des sons qui me parlent, je travaille avec ma voix comme un arrangement musical."



Mathieu Saïkaly sur Spotify